in ,

Déjà Dans Le Regret D’avoir Rejoint Daesh En Syrie, Une Française Manifeste Son Désir De Rentrer En France !

Margaux Dubreuil a rejoint l’État islamique en 2013 avec sa fillette de 2 ans. Elle avait quitté Nantes.

Une fois installée, elle a eu deux autres enfants de pères djihadistes. Ceux-ci sont morts au combat. Margaux devait fréquemment changer d’habitation.

Pendant la libération de la ville par les forces kurdes en octobre, Margaux Dubreuil a été mise aux arrêts à Raqqa.

Elle a exprimé ses regrets lors de l’interview pour le magazine Envoyé Spécial sur France : « On rêvait tous d’un environnement où on aurait la liberté de vivre notre religion comme on le voudrait. C’était pour cela qu’on s’était converti en France. C’était ce qu’on imaginait et non voir des gens faire couler le sang des autres ».

Elle ne pouvait commettre d’actes de violence et en tant que femme, elle était protégée de la barbarie. Cela n’a pas empêché Margaux Dubreuil d’apprendre le maniement des armes.

« Il n’y a rien d’extraordinaire à voir, les mauvaises choses passent inaperçues, on s’enferme dans une bulle », explique-t-elle.

La jeune Française a eu trois maris djihadistes. Elle a affirmé : « Je me condamnerais à rester enfermée, si je restais seule ».

Margaux Dubreuil a raconté, à propos des attentats de Paris, qu’après les attaques, les combattants se sentaient fiers d’eux-mêmes.

La jeune Française déclare : « À cause de la pression de groupe, on ne peut s’exprimer librement, mais néanmoins, on a encore un peu d’humanisme et on est conscient que l’Islam ne veut pas ça ».

Margaux Dubreuil présente ses excuses aux familles.

Même si elle n’a pas le sentiment d’être une terroriste, elle a une petite part de responsabilité qu’elle assume. « Le silence est pris pour un oui. Mais je ne cesserais de le dire, je n’ai rien organisé de mes mains. Je ne le souhaitais pas et je n’ai jamais été d’accord avec les choses qui sont arrivées. J’ai longtemps essayé, en vain de faire marche arrière ».

Elle irait droit en prison s’il lui arrivait de revenir en France, elle l’a toujours su. Elle risque la peine de mort en Syrie, où elle est actuellement emprisonnée.

« Ça fait un long moment que je m’y attend. Je crois que ce serait comme un abri. Nous sommes des gens sans nationalité légale. Je crois bien qu’on n’est accepté de personne », conclut-elle.

Voici l’entrevue complète :

SourceCrédit Photo : France 2/Envoyé Spécial

Il Achète Une Nouvelle Marque De Pesto Pour Apporter Un Peu De Piquant À Sa Vie !

L’assassin D’un Bébé De 2 Jours A Été Retrouvé Mort En Prison !